Agen : dans les cantines, le menu végétarien a la cote

1890 views
depuis-trois-ans-dans-toutes-les-ecoles-d-agen-les-eleves_3351713_800x400

Un menu végétarien tous les jours pour les enfants dont les parents en ont fait la demande. Depuis trois ans, dans toutes les écoles d’Agen, les élèves ont le choix entre manger de la viande ou pas. Une mesure destinée à remplacer le menu de substitution sans porc. Mais pas seulement. « Lorsque le menu sans porc existait, seuls 11 % des enfants le choisissaient », précise Maïté François, l’adjointe au maire chargée des affaires scolaires. Alors que le menu végétarien a séduit près d’un tiers des familles, dès sa mise en place. Depuis la rentrée, ce sont plus de 37 % des écoliers qui l’ont adopté.

Car il ne s’agit pas d’un menu végétarien à proprement parler mais d’un repas sans viande avec des œufs ou du poisson. « Les familles qui ne souhaitaient pas que leurs enfants mangent du porc ont choisi ce menu, mais d’autres trouvent que c’est une bonne initiative et l’ont adopté pour des raisons écologiques ou de santé », note Maïté François.

Pas de baisse des coûts

Du côté des parents, on approuve. À la sortie des classes, devant l’école Carnot, ils sont plutôt unanimes pour trouver que ce menu végétarien est « une bonne idée ». Même si certains mettent un petit bémol et jugent « le prix un peu élevé », estimant que le menu végétarien pourrait être moins cher que le menu traditionnel.

« Certaines familles ont adopté ce menu pour des raisons écologiques ou de santé »

À la mairie, on tient à préciser que cette mesure n’a pas été décidée pour faire des économies, mais bien pour proposer une véritable alternative. « Nous avons fixé un cahier des charges de qualité à notre prestataire pour la restauration scolaire, Elior. Par exemple, lorsqu’on fait des lasagnes au saumon, c’est avec du poisson frais, pas du surgelé, et de la pâte maison. 70 % des légumes utilisés viennent de producteurs locaux. Ils sont épluchés et nettoyés sur place », souligne l’élue. Tout cela a un coût et utiliser moins de viande n’a donc pas entraîné une baisse notable.

Reste qu’il ne suffit pas de proposer un repas sans viande pour qu’il plaise aux enfants. C’est un travail de longue haleine qu’il faut mener pour les initier au goût. Tous les mois, les petits représentants élus des enfants dans les écoles sont donc mis à contribution. « Ils nous dressent le bilan de ce qui est positif et négatif, ce qu’ils ont aimé ou pas aimé et nous font des propositions », raconte Maïté François. Ce sont eux qui ont proposé que le menu végétarien soit servi à tout le monde une fois par mois.

Mais attention, ce ne sont pour autant pas eux qui font les menus. Sinon, les cantines serviraient des frites à chaque repas. Les diététiciennes qui les composent et les cuisiniers qui les préparent se décarcassent pour trouver des astuces afin de leur faire manger de tout. Quand il y a des épinards, par exemple, ils sont mélangés avec des pommes de terre.

Lutter contre le gaspillage

Depuis la rentrée de septembre, les responsables de la restauration scolaire ont entamé un nouveau combat : la lutte contre le gaspillage. Dernièrement, on a servi un menu italien aux enfants. Ils ont presque tous refusé de manger du panettone parce qu’il y avait des raisins secs dessus. Il faut donc les inciter à goûter à tout. Et cela commence dès la maternelle avec la mise en place d’ateliers pédagogiques pour faire connaître aux tout petits les différents fruits et légumes.

Author Bio

Stéphanie

Vegan depuis ma plus tendre enfance, j'ai créée ce site afin de partager mon mode de vie avec vous.