Paris : l’île Saint-Louis envahie par Airbnb

1213 مشاهدات
airbnb_logo_detail

Sur l’île parisienne, 17 % des logements sont proposés à la location « collaborative ». Une association d’hôteliers se rebelle contre les abus.

« Ici, c’est un défilé perpétuel, tout le monde fait n’importe quoi ! Ils arrivaient jour et nuit, 24 heures sur 24. Ils tapaient à la porte de la loge, croyant que c’était la réception de l’hôtel. » Fêtes en fin de semaine, ramdam des entrées et sorties, désordres en tout genre… la gardienne de cet immeuble de l’île Saint-Louis, qui se trouve près de la rue des Deux-Ponts, s’explique auprès de Médiapart. Le propriétaire de l’immeuble, a été condamné. De nos jours, plusieurs appartements et souvent des immeubles entiers autrefois dédiés au logement, se transforment en pied-à-terre pour touristes de passage.

D’après une information du Figaro, la rue Saint-Louis-en-l ‘Ile disposerait de 97 appartements proposés à la location sur Airbnb ou l’un de ses rivaux, pendant qu’il n’y a que 90 chambres d’hôtel sur toute l’île. 17 % des logements de l’île Saint-Louis sont proposés à la location « collaborative ». Et 44 % des propriétaires sollicitent le site Airbnb ou ses concurrents pour mieux clôturer les fins de mois. En 2015, Airbnb possédait 50 000 logements à Paris contre 4 000 en 2012. On pense qu’il y en aura 80 000 en 2016.

« Sur 60 000 offres Airbnb, 20 000 sont illégales »

L’AhTop (Association pour un hébergement et un tourisme professionnels), qui a vu le jour en juillet passé, prétends avoir 30 000 adhérents parmi lesquels figurent des organisations syndicales de l’hôtellerie et du tourisme, la chaîne Best Western France, la Fnaim, l’Unis et le SNPI. L’association est celle qui avait effectué une étude sur l’étonnante expansion d’Airbnb à Paris, une expansion qui n’existe nulle part ailleurs dans le monde. « Nous ne sommes pas contre Airbnb, indique Jean-Bernard Falco le président de l’AhTop, dans le Figaro. Pour recevoir 100 millions de touristes en 2020 comme espéré par le gouvernement, il faut mettre en place des solutions d’hébergement différentes de celles proposées par les hôtels mais qui ne seront pas suffisantes.

A propos de l'auteur

Stéphanie

Vegan depuis ma plus tendre enfance, j'ai créée ce site afin de partager mon mode de vie avec vous.